L’abandon c’est juste être là

Alexandre Jollien dit :

« L’abandon c’est juste être là sans chercher quoi que ce soit d’autre. Je crois que c’est l’attitude la plus dure au monde d’être juste et rien qu’à sa place, et juste être là. »

Interview télé d’Alexandre Jollien (5’35 mn)

Son dernier livre :

« Petit traité de l’abandon ; pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose »

Alexandre Jollien, né le 26 novembre 1975 à Savièse1, est un écrivain et philosophesuisse.
A cause d’un étranglement par cordon ombilical à sa naissance, il est atteint d’athétose2.

De 3 à 20 ans, il vit à Sierre dans une institution spécialisée pour personnes handicapées.

Il entre au Lycée de la Planta à Sion en 1997 qui lui ouvre les portes de l’Université de Fribourg où il obtient une licence en lettres au printemps 2004. Il étudie également le grec ancien au Trinity College de Dublin de 2001 à 2002.

Il se marie en 2004 avec Corine, suissesse rencontrée à Dublin. Ils ont trois enfants : Victorine (30/10/2004), Augustin (31/03/2006) et Céleste (03/01/2011).

Son premier ouvrage, Éloge de la faiblesse, paru en 1999, a été accueilli par le prix Mottart de l’Académie française de soutien à la création littéraire et le prix Montyon 2000 de littérature et de philosophie. Il a été mis en scène en 2007 par Charles Tordjman au théâtre de la Manufacture à Nancy. La même année, il aide Bernard Campan à écrire le scénario de La Face cachée.

Spécialiste de philosophie helléniste, il est également conférencier et intervient dans le cadre du rapport au handicap, comme dans une vidéo pour Pôle emploi en France3.

Alexandre Jollien a été couronné par le Prix Pierre Simon « éthique et société » pour l’ensemble de son œuvre.

(wikipédia)

Publicités
Cet article a été publié dans Vidéos. Ajoutez ce permalien à vos favoris.