Le jeûne, pour une meilleure hygiène de vie

Le jeûne, pour une meilleure hygiène de vie
Le jeûne soignerait ainsi les rhumatismes, traiterait l’hypertension, améliorerait la qualité du sommeil et contribuerait au traitement de la pancréatite aiguë.

[CC/Seattle Municipal Archives]

Si le jeûne est d’origine religieuse, il est aujourd’hui motivé par le souci d’une meilleure hygiène de vie. Présentation d’un processus physique.

ARCHIVE DIRECT MATIN

Une pratique religieuse

Le jeûne pour raisons spirituelles est connu depuis l’Antiquité. Dans la tradition juive, la plupart des jeûnes sont des jeûnes de deuil.

Dans la religion catholique et orthodoxe, le jeûne est un acte de pénitence. Jeûne total chez les premiers chrétiens, il consiste aujourd’hui à ne prendre qu’unseul repas léger dans la journée et s’accompagne d’abstinence de viande. Si les moines et les moniales continuent à le pratiquer régulièrement, il n’est plusdemandé au reste des fidèles que deux jours dans l’année : le mercredi des Cendres, pour l’entrée en Carême, et le vendredi saint, jour de la mort du Christ.

Le jeûne est pour les musulmans l’expression d’un geste de renoncement. Obligatoire pendant la période du ramadan, il consiste à ne rien avaler du lever au coucher du soleil.

Le jeûne a également une place importante dans le bahaïsme, l’hindouisme et les philosophies orientales comme moyen de faire un retour sur soi ou de s’élever vers Dieu.

 Des visées thérapeutiques

Le jeûne court (24 à 48 heures) entraîne un repos organique suivi généralement d’un rééquilibrage des fonctions naturelles, d’une baisse de l’appétit et des besoins en excitants, qui permettent de tenir facilement une bonne hygiène de vie le reste de la semaine.

Quand le jeûne s’allonge et dure une semaine, une perte de poids s’ajoute à ces effets. Le jeûne de longue durée (plus d’une semaine) est clairement àvisée thérapeutique. Sa pratique reste toutefois controversée. Elle connaît peu de partisans en France, mais dans de nombreux pays, il existe des cliniques spécialisées. Si cela vous intéresse, renseignez-vous au préalable sur le sérieux de ces centres : attention aux charlatans ou aux dérives sectaires.

Dès que l’organisme a fini la digestion du dernier repas et réparti les nutriments, commence un processus de consommation des réserves pendant que les cellules des tissus diminuent pour céder une partie de leur contenu. L’organisme consomme le glucose dont les réserves énergétiques s’épuisent vite, les protéines cèdent des acides aminés. Les réserves graisseuses baissent. Le corps se met ensuite au repos et consomme ses excédents en glycogène.

Prévention du cancer

Ce n’est qu’ensuite que le jeûne provoque une digestion interne de nombreux éléments cellulaires dont l’organisme se trouve alors allégé. Par cet allégement cellulaire, il soignerait ainsi les rhumatismes, traiterait l’hypertension, améliorerait la qualité du sommeil et contribuerait au traitement de la pancréatite aiguë. Il serait aussi excellent pour prévenir des risques de cancer. Quoi qu’il en soit, pas question d’entamer un jeûne sans avoir consulté son médecin.

Le jeûne est une privation de nourriture. Mais il faut au contraire boire beaucoup d’eau pendant toute la durée du jeûne. L’organisme a aussi besoin d’être ménagé face à ces changements : l’alimentation des jours précédents doit être réduite progressivement. De la même manière, un jeûne ne s’arrête pas brutalement et il faut revenir à une alimentation normale graduellement.

Avant de décider d’une abstinence complète ou partielle, il est recommandé de vérifier son état de santé auprès d’un médecin, particulièrement pour les personnes sous médication. Si être maigre n’est pas une contre-indication, en revanche le diabète est incompatible avec une telle pratique. Au-delà d’un jeûne de trois jours, il est nécessaire de se faire surveiller par un médecin.

N’essayez pas de le pratiquer comme un régime : vous perdrez certes plusieurs kilos en quelques semaines, mais ils reviendront assez vite après la fin du jeûne, du moins s’il n’est pas suivi d’une alimentation adéquate. Qu’est-ce que le jeûne ? C’est une privation de toute alimentation. Plusieurs jours à ne prendre aucune nourriture et à ne boire que de l’eau. Les effets vont varier en fonction du type de jeûne effectué. Si les débuts sont durs, la faim disparaît généralement au bout de deux ou trois jours.

Témoignages

Claudine, 38 ans : « J’ai fait plusieurs cures de jeûne. Le bilan est toujours positif : plus de tabac, la peau très claire, cheveux et ongles plus brillants, plus solides, plus de crampes, et cinq kilos en moins. Psychologiquement, je me sens bien, plus solide. J’ai une approche de moi-même revalorisée, et cela n’a pas de prix ».

Marithé, 45 ans : « Cinq mois après un jeûne de deux semaines, le bilan est très positif. Je suis restée très frugale, je n’ai pas repris un gramme et j’ai appris à me nourrir de façon très équilibrée. Je ne suis plus fatiguée le matin, je peux veiller le soir, sans mettre une semaine à récupérer. Je suis plus lucide, je prends du recul sur les soucis quotidiens et mon stress a quasiment disparu. J’ai bien l’intention de refaire une cure de ce type tous les deux ans ».

Publicités
Cet article, publié dans Jeûner, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.