L’épeautre et ses bienfaits, base de la médecine d’Hildegarde

dans Bases de la médecine d’Hildegarde

Céréale de la grande famille des blés, l’épeautre est connu depuis la très haute antiquité. L’épeautre est originaire du Proche Orient (Nord de l’Iran) où ont été mises en culture en premier les céréales de cette famille.

Plusieurs courants ont diffusé l’épeautre en Europe occidentale entre -8000 et -5000 environ.

L’épeautre présente les caractéristiques suivantes :

Agronomie :

facilité de culture, il pousse pratiquement tout seul sur des terrains très pauvres (ce qui explique sa présence géographique au P.O.) grâce à des racines profondes.

  • rendements très faibles
  • ne réagit pas aux engrais NPK (azote-phosphore-potasse).
  • céréale « vêtue », lors du battage on n’obtient pas le grain nu mais des épillets entiers. Il demande donc le décorticage, opération dont le savoir faire a disparu au XIXème siècle

L’épeautre ne répond donc pas aux critères de rendement de l’agriculture moderne en culture orientée rentabilité.

L’épeautre est protégé des parasites et des manques … ce qui est contraires aux intérêts des grandes entreprises de business agronomique.

Eclipse de la culture

L’épeautre répondait aux besoins de populations faibles en des lieux de culture difficile.

Ses propriété expliquent la disparition de sa culture vers le XIX siècle à part des ilots de résistance (souvent moyennes montagnes ou retirés) comme dans les Ardennes Belges, des régions Allemandes (Hunsrück – Eiffel), il a été éradiqué pas les Nazis à cause de ses faibles rendements, du Luxembourg, de Suisse, d’Autriche, de Roumanie (comme la Transylvanie) d’Espagne (Asturies), dans l’ile suédoise de Gotland (calcaire, assez aride), Turquie, dans le Caucase. On voit que ces régions présentent des points communs. En France c’est en Alsace que l’épeautre reste présente.

Caractéristiques de la plante

  • L’épeautre a développé les résistances pour s’adapter aux terrains durs; il résiste aux moisissures
  • ses racines puisent les minéraux naturellement, en particulier le silicium.

Extension

céréale biblique : connue en Antiquité : Egypte et tout le Proche Orient.

Le pain des Prophètes d’Israël est du pain d’épeautre

L’épeautre passe à Rome tardivement (IV siècle), via les Alpes et la Méditerranée mais est adopté profondément. C’est la céréale des Romains

Propriétés nutritives: elles viennent de sa biologie particulière ci-dessus.

  • riche en lipides (corps gras)
  • riche en acides aminés essentiels (matériaux que le corps utilise pour élaborer les protéines et donc le remplacement des cellules)
  • riche en éléments minéraux

magnésium (4 X plus que le riz)

phosphore (5 X plus que le soja).

calcium (100g = 2 verres de lait)mais beaucoup plus assimilable;  le lait de vache apporte énormément de calcium mais qui est très peu assimilable par l’être humain, sans doute par la domestication très tardive des bovins et le manque de temps à créer les enzymes nécessaires à cette assimilation

  • gluten bien toléré : pour les personnes souffrant d’intolérance au gluten, celui de l’épeautre est extraordinairement bien toléré. Par exemple, le docteur Gottfried Hertzka rapporte n’avoir observé aucune réaction allergique de personnes souffrant d’intolérance au gluten pendant 30 ans de pratiques médicales. A noter que ces personnes ne mangeaient que de l’épeautre non hybridé.

L’épeautre, le grand épeautre non hybridé est donc très bénéfique pour toutes les personnes ayant besoin de soutenir  leur vitalité ou leur confort de vie : séniors avançant en âge mais aussi personnes affaiblies et mêmes étudiants ou sportifs.

Notre boutique ne distribue que de l’épeautre non hybridé allemand, le même que celui que consommaient les patients du docteur Hertzka.

Vous pouvez trouver dans notre boutique de l’épeautre sous plusieurs formes:

Epeautre en grains entiers: à ajouter dans les soupes, les salades et les plats principaux.
Épeautre concassé :ce sont des grains décortiqués qui ont été grossièrement broyés. Cela a pour avantage de réduire le temps de cuisson. Cet épeautre concassé est idéal pour les soupes, les galettes et les gratins.
Habermus d’épeautre :est une bouillie d’épeautre, elle a longtemps constitué un des plats principaux d’une partie des Allemands pour ses qualités nutritives complètes. A consommer le matin
Farine complète d’épeautre :le grain entier est moulu fin.
Farine blanche d’épeautre :permet, en l’incorporant à la farine complète, d’obtenir un pain plus léger.
Flocons d’épeautre :ce sont des grains décortiqués qui ont été étuvés industriellement et réduits en lamelles puis séchés. Ces flocons peuvent être ajouté, entre autres, à la soupe, aux crêpes et aux muffins.

Couscous d’épeautre :mouture fine, débarrassé de l’enveloppe du grain et de la poussière de farine. Conseillé pour les couscous, la salade ou les desserts.

Café d’épeautre : grand épeautre torréfié

 Dans le blog d’Hildegarde, vous trouverez encore beaucoup d’autres infos sur les plantes et la nourriture et currative.

 Qui était Hildegarde ?

Biographie :

Hildegarde est née à Bermersheim près de Alzey (Hesse rhénane) en 1098 et est décédée le 17 septembre 1179 à Rupertsberg (près de Bingen). C’est la dixième et la dernière de sa fratrie.

Ses parents sont nobles et très croyants. Ils surnomment leur fille « Dixième » comme l’impôt biblique du dixième de chaque revenu…la dîme. A leurs yeux, elle donc toute désignée pour être offerte à Dieu.

 Elle est envoyée au couvent des Bénédictines de Disibodenberg et prise en charge par la comtesse Jutta de Sponheim.

Spiritualité :

Hildegarde a commencé à avoir des visions dès sa plus tendre enfance. Elle en est assez apeurée et n’en parle pas à son entourage. 

Elle reçoit un ordre de Dieu : « Ecris ce que tu vois et entends ! Proclames les merveilles dont tu fais l’expérience ! Décris les et parles !»

Mais elle se sent timide et veut se retirer. Elle tombe alors gravement malade et elle se retrouve bientôt paralysée.
Elle cède alors à l’ordre et finit par s’ouvrir à sa supérieure qui l’encourage. Vers 43 ans, elle commence à rédiger le  «Scivias – Wisse die Wege» « sci vias Dei » « saches les voies de Dieu » qui décrit ses visions.

Trèves (Trier) est alors une capitale de la Chrétienté Allemande. Il s’y tient un grand synode de 1147 à 1148 présidé par le pape Eugène III en personne. Au cours de ce synode, une commission rassemblant des cardinaux, des évèques et des théologiens lisent et scrutent le Scivias. On demande au pape lui-même ce qu’il pense des visions de la mère supérieure Hildegarde. Il confirme leur authenticité et encourage Hildegarde à poursuivre la diffusion de ses écrits et à continuer à rapporter ses visions.

Pourtant, dans la société noble Allemande de l’époque, il est répandu que la femme n’a pas d’âme.
Bernard de Clairvaux lui-même, pas spécialement connu pour tenir les femmes en haute considération, déclare que ces visions sont « une grâce du ciel qu’elle se doit de partager ».

Affermie par cette reconnaissance ecclésiale et devenue d’un seul coup célèbre dans tout l’Occident, Hildegarde va achever le Scivias et le terminé en 1151. Puis elle écrit le Liber vitae meritorum entre 1158 et 1163 et le Liber divinorum operum entre 1163 et 1174..

Etat de vision
L’état de vision d’Hildegarde est celui dune vision intérieure. Certains mystique ont des extases. Ils sont comme sortis hors d’eux-même et reçoivent les faveurs de percevoir des réalités spirituelles normalement cachées.
Hildegarde, elle au contraire, déclare au moine Wibert de Gembloux
 :

« Je ne vois pas ces choses avec les yeux ouverts ni ne les entends avec les oreilles ouvertes mais avec mon âme et ainsi je n’ai jamais eu la perte de mon état de conscience. La lumière que je contemple n’est pas liée à l’espace. Dans mes veilles, je contemple ces choses le jour et la nuit. »

 Extrait de : http://hildegarde-boutique.com/enseignement-d-hildegarde/plantes

Publicités
Cet article a été publié dans Alimentation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.