Postures du dos et psychisme

La posture (position) du corps dans l’espace est fonction du tonus musculaire qui est neuro-musculaire, qui est le tonus psychique.

doc extrait de http://renefouquet.wifeo.com/
Courbure du dos – attitude cyphotique.


La fatigue physique fait courber le dos.
Le poids de la vie aussi fait courber le dos.
La fatigue psychique courbe le dos.
La pathologie mentale courbe le dos.
L’âge courbe le dos.

Le stress courbe le dos par les tensions du ventre.
La dépression et la déprime courbent le dos par le manque de tonus musculaire du dos.
Le manque de confiance courbe le dos.

   

Vrille de la colonne.

L’injustice vrille le dos : être injuste avec soi ou avec les autres, c’est pareil, le corps le traduit de la même façon par une vrille : une courbure antéro-postérieure et une courbure latérale !
La perte d’un être cher vrille le dos, c’est injuste.
Le mensonge est injuste et vrille le dos, c’est juste.
La colère, quand elle est injuste, vrille le dos, c’est juste.

Rigidité.

L’orgueil raidit le dos, c’est trop.
La rigidité d’esprit raidit le dos, la rigidité raidit, c’est juste.

Juste mesure : règle fondamentale.

Tout ce qui n’est pas juste – ni trop ni trop peu – se répercute latéralement sur les deux genoux, les deux hanches, les deux épaules et plus si affinités.

Vécu.

Tout vécu et tout non-vécu (émotions) courbera, fléchira, cambrera, raidira, vrillera (musculairement) la colonne vertébrale, donc le dos, donc la posture : la normalité, c’est l’ensemble de toutes ces tendances antagonistes les unes des autres qui font conserver un équilibre orthopédique (quand il existe un équilibre psychologique).

Dos normalement anormal et dos anormalement normal.

Il y a le dos normalement anormal, comme les anomalies en deça d’un seuil au-dessous duquel on n’a pas de problèmes, mais, le terrain étant propice, qu’un évènement de la vie peut déclencher.

Il y a le dos anormalement normal, comme la personne qui dissimule, un secret, ou un mensonge (à soi-même), ou une blessure, etc…

PARTIES DU CORPS

Mollets.
Dans le mollet et la jambe, les douleurs/tensions concernent la fonction du genou.
C’est le passé qui est un passif ou un poids.

Cuisses.

La cuisse antérieure et la cuisse latérale concernent le dos lombaire et la force et la résistance physique et psychique.

La cuisse antéro-latérale concerne le genou et le passé accumulé ou le vécu non digéré.

Genoux.
Le genoux est la fondation, les deux genoux sont comme le fondement ou la base sur laquelle repose la personnalité.
Les genoux influent sur l’axe latéral des hanches, qui influe sur toute la colonne jusqu’en haut, jusqu’aux coudes.
Le fondement affaibli, et le genoux plie, la hanche opposée s’ouvre, le dos se vrille : problèmes de lombaires, de cervicales, d’épaules et de coude; cela met entre 8 jours et 15 ans.

Articulations sacro-iliaques.
Une injustice vécu (perte de quelqu’un, tromperie, etc) : la sacro-iliaque (articulation entre les hanches et le sacrum) s’ouvre : problèmes de genoux, sciatiques et assimilées.

Fessiers.

Les muscles fessiers concernent à la fois les genoux (ils en sont les freins mécaniques) et le dos lombaire : ils relient le fondement et la volonté et la résistance que l’on a, ou le manque de volonté et de résistance que l’on devrait mettre en oeuvre justement.

Dos lombaire.

Les muscles du dos lombaire concernent la force, c’est la force de l’effort et la force de résistance qui garde la cohésion de tout le système.

L’excès de cambrure (lordose) est soit de la rigidité psychique, soit de la déficience.
Le manque cambrure lombaire (souvent accompagné d’une attitude cyphotique – coubure thoracique marquée) marque le manque de volonté.

Dos thoracique.

Les contractures des muscles du milieu du dos (érecteurs – illio-costaux) concernent le tonus de la personnalité: elles sont antagonistens avec des contractures du ventre au niveau de l’estomac sous les côtes.

Les contractures des muscles du milieu du dos révèlent un manque de force de la personnalité quand le dos est courbé (attitude cyphotique).
Elles révèlent une rigidité de la personnalité quand le dos est trop raide (lordose) = manque de souplesse de la personnalité, ce qui est une fragilité car il faut être souple pour ne pas s’user en effort de maintien.

L’homme qui se loose, se ment à lui-même et ne réalise pas sa vie et sa croissance (l’acquis) sur les fondations qu’il a reçus (l’inné) aura des problèmes.

La personnalité qui ne trouve pas sa place donnera un dos courbé (« cassé » entre les 5ème et 6ème vertèbres dorsales).

Ventre.

Les contractures du ventre tirent la cage thoracique en avant et vers le bas, ce qui a pour effet de faire plier le dos au niveau de la 9ème vertèbre dorsale environ (zone de la 8ème à la 10ème dorsale).

Les contractures du ventre sont dûes principalement à de la colère enfouie qui bloque le flux émotionnel et le fonctionnement de la personnalité et engendrer dans certains cas une personnalité plus ou moins dépressive (en réalité pseudo-dépressive) dont la cause est un « noyau » dépressif dans la personnalité, ce qui signifie que toute la personnalité n’est pas envahie par la dépression.

Haut du dos-nuque-épaules.

Ce sont essentiellement des contractures du trapèze (et non pas « des trapèzes »), le muscle comme un losange, reliant le milieu du dos, les épaules et la nuque jusqu’à la base postérieure du crâne (occiput).

Ces contractures crées des problèmes de cervicales, d’épaules (bras et mains comprises).

Ce sont les poids de la vie, ce qu’on doit porter, qui pèsent littéralement comme un poids réel sur les épaules.

Ces contractures cervicales impliquent la volonté agissante, c’est-à-dire la capacité ou pouvoir de faire.

– Les personnes « volontaires » redresseront leur cervicales vers le haut car elles ont assez de force pour résister, mais elles auront à long terme des problèmes de cervicales et d’épaules.

– Les personnes qui manquent de volonté incurveront leur cervicales qui plieront davantage vers l’avant et auront d’autres type de troubles : yeux, maux de tête, bourdonnements d’oreille, etc…

Une nuque raide au sens figuré donnera une nuque raide au sens propre.

Les contractures de la nuque sont antagonistes avec des contractures du bas-ventre (entre l’os du pubis et le nombril).
Ces contractures coincident encore avec d’autres contractures devant dans chaques muscles pectoraux (devant de la poitrine) qui concernent la vie affective.

Traitement

Ce petit topo sur les contractures montre que le corps tout entier est concerné par ce problème, et permet de constater que les soins et le traitement, en matière de thérapie manuelle, sont souvent mal adaptés.

En effet, les contractures musculaires sont la cause de ces mal-positions, et elles sont des tensions mémorisées qui doivent être massées afin « d’informer » le cerveau de les libérer.

Ce processus de libération met environ 2 à 4 jours.

Formation à la médecine chinoise : http://www.medecinechinoise-catc.fr/pages/home?gclid=COzftqKU18ACFQH3wgoddTMAWg

 

Publicités
Cet article a été publié dans Neuroscience & science quantique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.