Prière de Sainte-Thérèse – la théologie de la petite voie

Qu’aujourd’hui vous ayez la paix intérieure,

Que vous ayez la certitude que vous êtes exactement là où vous devez être,

Que vous n’oubliez pas les possibilités infinies qui émergent de la foi,

Que vous utilisiez les talents que vous avez reçus et que vous donniez l’amour qui vous a été donné,

Que vous soyez comblé de savoir que vous êtes un enfant de Dieu. Laissez cette présence être au plus profond de vous, et donner la liberté à votre âme de chanter, danser, prier et aimer.

Historique de Sainte Téhérèse de Lisieux qui propose de

rechercher la sainteté, non pas dans les grandes actions,

mais dans les actes du quotidien même les plus insignifiants,

à condition de les accomplir pour l’amour de Dieu :

Marie-Françoise Thérèse Martin, en religion sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, également connue sous les appellations sainte Thérèse de Lisieux, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ou encore la petite Thérèse, est une religieuse carmélite française née à Alençon (Orne) le 2 janvier 1873 et morte à Lisieux le 30 septembre 1897.

Le retentissement de ses publications posthumes, dont Histoire d’une âme publiée peu de temps après sa mort, en fait l’une des plus grandes saintes du xixe siècle. La dévotion à sainte Thérèse s’est développée partout dans le monde.

Considérée par Pie XI comme l’« étoile de son pontificat », elle est béatifiée puis canonisée dès 1925. Religieuse cloîtrée, elle est paradoxalement déclarée sainte patronne des missions et, avec Jeanne d’Arc canonisée en 1920, proclamée « Patronne Secondaire de la France ». Enfin, elle est proclamée Docteur de l’Église par Jean-Paul II en 1997 pour le centenaire de sa mort.

Fille d’un couple tenant commerce d’horlogerie et de dentelles d’Alençon, Louis et Zélie Martin, Thérèse perd sa mère à l’âge de quatre ans et demi. Elle est élevée par ses sœurs aînées Marie et Pauline, qui tour à tour entrent au carmel de Lisieux, faisant revivre à l’enfant le sentiment d’abandon ressenti lors de la perte de leur mère1.

Cependant, elle ressent très tôt un appel à la vie religieuse. Surmontant les obstacles, elle aussi entre au carmel de Lisieux à quinze ans.

Après neuf années de vie religieuse, dont les deux dernières passées dans une « nuit de la foi », elle meurt de la tuberculose le 30 septembre 1897 à l’âge de vingt-quatre ans.

La nouveauté de sa spiritualité, appelée la théologie de la « petite voie », de l’enfance spirituelle, a inspiré nombre de croyants. Elle propose de rechercher la sainteté, non pas dans les grandes actions, mais dans les actes du quotidien même les plus insignifiants, à condition de les accomplir pour l’amour de Dieu. En la proclamant 33e docteur de l’Église, le pape Jean-Paul II a reconnu ipso facto l’exemplarité de sa vie et de ses écrits. Ici réside un des paradoxes de Thérèse de Lisieux : morte inconnue puisque cloîtrée, elle est aujourd’hui « mondialement célèbre et vénérée ».

Édifiée en son honneur, la basilique de Lisieux est le deuxième plus grand lieu de pèlerinage de France après Lourdes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thérèse_de_Lisieux

Publicités
Cet article a été publié dans Développement personnel, Spirituel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.