le santo daime

Le santo Daime (prononcé Da-i-mé) qui veut dire le Saint Don est une religion née au Brésil ( en Amazonie) et fondée par Raimundo Irineu Serra (1892 – 1971).

l’origine

Raymondo Irineu était un travailleur du caoutchouc ( en fait un esclave) qui réussit à racheter sa liberté par une très grande productivité. Racheter sa liberté était extrêmement difficile pour ne pas dire impossible. C’était un homme plus grand que la moyenne avec un charisme important et s’est très vite retrouvé porte-parole des autres esclaves.

Une fois libre il est parti au Pérou voisin où il a rencontré un chaman amérindien qui l’a initié à l’ayahuasca. Très vite, il a eu une révélation sur ce qu’il devait faire : à savoir porter la parole divine. Il fonda la religion du Santo Daime, syncrétisme entre le christianisme et les traditions chamanes amazoniennes.

Le Santo Daime s’est développé de par le monde, y compris en Europe et en France, portant une parole de paix et d’amour. C’est une religion ouverte à tous, y compris aux membres des autres confessions. Il n’est pas nécessaire de renier sa religion d’origine pour intégrer le Santo Daime.

la loi

La France ayant confirmé en 2007 l’interdiction, non pas de l’ayahuasca, mais de ses composés, a interdit de fait la religion du Santo Daime. Ses membres ont dû ou s’exiler ou rentrer en clandestinité. Notez toutefois que d’autres pays européens ne sont pas aussi intolérants. Il est donc possible pour les membres français de cette église de s’adonner à leur culte en toute tranquillité, simplement en passant la frontière.

Au Brésil, l’église a été officiellement reconnue après enquête gouvernementale sur les conséquences possibles de la consommation régulière d’ayahuasca. Les conclusions sont claires me semble t’il : pas d’effets négatifs. Au contraire, il a été démontré (y compris par une étude menée par des scientifiques européens) que les conséquences sur l’intégration sociale des participants étaient positives. Ainsi, des hommes désoeuvrés, alcooliques et violents devenaient de bons pères de famille après être rentrés dans le Santo Daime.

la préparation

La préparation de l’ayahuasca appelé Daime est très stricte. Les proportions entre la liane d’ayahuasca et les feuilles de chacruna, la quantité d’eau ( ce sont les 3 seuls ingrédients rentrants dans la composition du Daime et qui sont cultivés et non prélevés dans la nature), le temps de cuisson, rien ne se fait au hasard. Les préposés à la fabrication ont un rôle précis et défini. Tout est sacralisé. Notez que le rituel utilise 2 concentrations différentes, donc 2 types de Daimes, 1 léger pour la première prise et 1 autre plus fort pour la seconde.

Avant de pouvoir participer à une cérémonie, on se prépare. Les hommes et les femmes «se font beaux» et vêtissent leur uniforme : costume cravate pour les hommes et jupe plissée pour les femmes. Ces vêtements sont blancs ou bleu marine pour le bas (parfois vert pour les femmes). L’insigne de l’église: l’étoile du Daime est fièrement accroché à la poitrine. Il n’y a pas de sermon ni de confesse ni de «maestro», mais toute la communauté comme une seule âme chante ses louanges à Marie ou bien Jesus…

les cérémonies

Les cérémonies se déroulent dans un temple. Les hommes et les femmes sont chacun de leur côté afin de ne pas mélanger les énergies, et des musiciens accompagnent de leurs instruments des chants entrainants. Ils sont entonnés sur un rythme rapide et hypnotique, ce qui facilite l’entrée dans le voyage. Les participants sont assis ou debout dansants en coeur en accompagnant éventuellement avec des maracas.

Les cérémonies se déroulent en plein jour ou le soir avec la lumière et donc jamais dans l’obscurité, contrairement à la manière chamane ou «l’office» commence en général vers 21H00 et se déroule entièrement dans le noir. De même, il y a peu de vomissement, dès que les membres sont accoutumés au Daime, alors qu’avec l’ayahuasca, c’est presque une obligation «légale».Les cérémonies s’appellent un «travail» tout comme les effets de la potion.

Il y a donc une vraie différence dans l’approche de la chose entre l’ayahuasca et le Santo Daime.

Santo Daime vs ayahuasca

Dans les cérémonies chamanes ayahuasca, seul le maestro chante ou éventuellement ses accompagnants chacun leur tour, il n’y a pas d’instruments de musique en dehors de la chacapa (bouquet de feuilles séchées secoué en rythme comme une maraca).

Dans les cérémonies du Santo Daime, tout le monde chante et danse au rythme de la musique en costume immaculé, ce qui rend le spectacle agréable à regarder. Vous pouvez même sans prendre de Daime vous retrouver comme aspiré dans l’énergie de joie et d’amour émise durant la cérémonie.

Il n’est pas obligatoire de faire partie de l’église pour assister ou même pour prendre du Daime.

pour aller plus loin

Vous trouverez plein de ressources, y compris en français, en tapant «santo daime» dans votre moteur de recherche préféré ou sur YouTube pour des cérémonies filmées ou les chants…

Commentaire de Dadinho :

L’article est très bien fait et explique bien les différences avec l’ayahuasca pris par les chamans . Pour ma part, j’ai découvert la substance via le culte du Santo Daime au Brésil où je vis aujourd’hui. Je suis allé dans deux églises différentes, les ceremonies peuvent varier plus ou moins selon le lieu de culte.

Cependant, j’ai un doute sur l’une des affirmations ci-dessus. Je n’ai jamais participé à aucune ceremonie d, ni entendu dire qu’il était possible d’aller se servir du Daime selon son bon vouloir. Il existe toujours un moment précis auquel le « dirigeant » invite les convives à venir prendre une dose de la boisson sacrée. C’est lui qui décide combien de fois les convives prendront le thé sacrée. Celà dit, il est grandement possible que cela varie selon les églises. Mais cela me parrait étragne car les cérémonies sont bourres de règles à suivre (femmes et hommes chacun de leur côté, couleurs d’habits, entrée et sortie du salon au début ou à la fin de chaque hymne, circulaton dans le salon par la droite etc.).

Il me semble aussi intreressant d’apporter une précision. Il existe différents types de cérémonie. Tous les 15 et 30 du mois c’est la « concentration ». Les pratiquants sont tous assis (aucune danse) et chantent en coeur acconpagnés par des instruments. Après la première prise du Santo Daime, les lumières sont éteintes et chacun entre en méditation. C’est un moment de recueil, où le Daimiste (pratiquant) se retrouve seul face à soit même. Il existe aussi les cérémonies de « cure » lors desquelles les Daimistes se réunissent pour chanter (sans danser) mais cette fois-ci, pas de péridode de concentration. Le « travail » se fait en groupe et les prières sont pour le bien de tous (absence de la notion d’introspection). Enfin, il existe les « bailado ». Ils se font à des dates précises et définies par les hautes instances du Santo Daime. Elles correspondent à la fête de certains Saints ou bien à la fête des pères, des mères etc. Ces cérémonies, bien plus festives, durent deux fois plus longtemps c’est à dire 12h (contre 6h normalement) et sont un mélange de chants et de dances.

http://www.france-ayahuasca.com/le-santo-daime/

Les trois mondes du Santo Daime

Patrick Deshayes

Résumé

A partir d’une de ces « nouvelles » religions nées au Brésil, le Santo Daime, l’auteur montre toute la complexité des rapports entre une modernité économique et politique, qui offre des conditions particulières à la naissance du mouvement, et le mouvement lui-même qui, d’un contexte d’enracinement à l’autre (local, national, international), module ses rites et ses discours en fonction des attentes de son auditoire, et se positionne à la foiscontredans et hors d’une certaine modernité.

Texte complet : http://socio-anthropologie.revues.org/451

L’expansion du Santo Daime dans le monde et en France

Diméthyltryptamine, ou DMT. Principe actif de l’ayahyasca.

Au cours de la dernière décennie, ce culte a connu une expansion dans deux directions. La première vers le cœur même de la forêt Amazonienne (principalement dans la région de la haute vallée du Jurua). La deuxième vers les autres pays du monde : les États-Unis, le Canada, le Japon et pratiquement tous les pays Européens dont la France. À la suite des procès qui ont eu lieu dans trois pays européens : l’Espagne, les Pays-Bas et la France, l’Ayahuasca n’a pas été reconnue illégale. Mais le 20 avril 2005, le ministère de la santé Français a inscrit les principales plantes qui composent l’Ayahuasca, sur la liste des produits stupéfiants….Interdisant donc la pratique du Santo Daime sur le territoire français. Un recours a été déposé devant le Conseil d’État en juillet 2005 pour demander l’annulation de l’arrêté qui prohibe l’Ayahuasca, au nom de la liberté religieuse du Santo Daime, qui utilise l’Ayahuasca comme Sacrement. « Au regard des préoccupations de santé publique », ce recours a été rejeté lors de la séance du 3 décembre 2007 (lecture du 21 décembre, communication aux requérants le 4 janvier 2008).

Le 25 novembre 2011 l’Association Française « Liberté du Santo Daime » a adressé une lettre au ministère de la Santé pour demander, au nom de la liberté religieuse et de la diversité culturelle, l’ouverture d’un dialogue en vue d’obtenir une dérogation pour utiliser l’Ayahuasca–Santo Daime dans le cadre de son rituel religieux……

http://fr.wikipedia.org/wiki/Santo_Daime

Publicités
Cet article a été publié dans Développement personnel, Spirituel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.