Raja yoga

Le Rāja yoga ( yoga royal du sanskrit rāja = »roi ») est également surnommé Ashtanga yoga ( yoga à huit membres , du sanskrit asta = « huit » et anga = « membres »). C’est le yoga basé sur les Yoga Sutras de Patanjali (IIe s. av. J.-C. ?). Il est l’une des six darsanas (points de vue philosophique), de la philosophie indienne.

Le Raja yoga est la voie de l’analyse et du contrôle systématiques de l’esprit.

N’oublions pas que nous sommes des êtres en devenir, c’est-à-dire non parfaits. Les indications ci-dessous se retrouvent dans d’autres religions et chacun d’entre nous mettons déjà en pratique plusieurs, et plus ou moins, de ces comportements moraux et attitudes physiques.

Les indications ci-dessous indiquent comment les yogis atteignent des niveaux de conscience bien plus élevés.

Les huit membres du rāja yoga sont :

1er stade : les Yamas : un code de conduite envers les autres dont les cinq vertues morales sont :

– Ahimsa : non violence, ne pas vouloir faire de mal, ni blesser.

– Satya : pratiquer la vérité, ne pas raconter de mensonges.

– Brahmacharya : étude du Veda, apprentissage de la science sacrée et chasteté, sublimation de l’énergie sexuelle (dans la tradition, les indiens pratiquent au début de leur vie d’adulte, durant leurs années d’étude, avant le mariage, ou à plus long terme pour ceux qui s’engagent dans une vie de brahman).

– Asteya : ne pas voler, ne pas convoiter, absence de jalousie.

– Aparigraha : ne pas accepter de cadeaux, ni de pôts de vin.

 

2e stade : les Niyamas : les observances, les cinq contraintes envers soi sont :

Saucha : pureté externe et interne.

Santosha : contentement.

Tapas : austérité.

Swadhyaya : étude des écritures spirituelles.

– Ishwara-pranidhana : adoration du Seigneur, reddition de l’égo.

Les Yamas et Niyamas construisent un caractère moral et une conduite éthique élevés. L’esprit est purifié et élevé, se préparant ainsi à la méditatin profonde.

 

3e stade : les Asanas : des postures stables (Hatha yoga) :

Pour la pratique spirituelle, de même que pour n’importe quelle autre entreprise dans la vie, un corps fort et en bonne santé est essentiel. Un esprit stable présuppose un corps stable. Il faut atteindre la concentration intense de l’esprit et oublier le corps. Trouver le calme dans la posture.

 

4e stade : les Pranayamas : maîtrise du souffle pour contrôler l’énergie vitale :

Les nerfs physiques ainsi que les canaux d’énergie du corps astral (les nadis) doivent être assez purs et assez forts pour résister à divers phénomènes mentaux et aux désorientations qui peuvent survenir dans la pratique. Au cours du processus par lequel on tourne l’esprit vers l’intérieur, de vieux sentiments négatifs refoulés peuvent refaire surface. En de rares occasions ces sentiments peuvent même prendre la forme symbolique de visions. Une personne fragile risque d’interrompre sa sadhana (pratique spirituelle, méditation), plutôt que de se confronter à ces aspects du subconscient.

 

5e stade : Pratyahara :

le retrait des sens des objets (ou retrait des objets de leur perception) :

 

6e stade : Dharana : concentration :

Concentrer l’esprit, soit sur un objet externe, soit sur une idée interne, à l’exclusion de toutes les autres pensées. Canalisation des sens.

 

7e stade : Dhyana : méditation :

Méditation profonde, l’esprit reste fixé et n’est plus sensible aux perturbations. La méditation est définie comme un flot ininterrompu de pensées vers Dieu, à l’exclusion de toute perception sensorielle. La contemplation dans l’absorption ou la méditation tournée vers l’intérieur de soi-même (attention continue).

 

8e stade : Samadhi : état supra-conscient :

Cet état sublime est au-delà de toute description : au-delà de ce que l’esprit peut appréhender. Le Samadhi transcende toute expérience ordinaire, sensorielle, ainsi que le temps, l’espace et la causalité. Point culminant de la méditation tournée vers l’intérieur de soi. Le Samadhi représente le but de toute vie en permettant la révélation de la conscience à elle-même.

C’est ce vers quoi tendent tous les êtres. C’est la contemplation profonde ou l’état d’union avec le « dieu » intérieur (Atman) ou d’absorption dans l’absolu (Brahma).

 

Le Samyama signifie réunir, lors de la pratique du yoga, les trois derniers membres de l’Ashtanga yoga (dhāranā, dhyāna, samādhi) des Yogas Sutras de Patanjali. Ils représentent la partie essentielle du rāja yoga.