Hatha yoga

Le Hatha Yoga associe relaxation (savasana), respiration (pranayama) et postures (asanas).

Haṭhayoga peut se traduire en français par « yoga de la ténacité » ou « yoga de la vive force ».

L’enseignement des asanas (postures) fut originalement pratiqué pour améliorer la santé physique et vider l’esprit afin de le préparer à la concentration (dharana) et parvenir au travers de la méditation (dhyana) à l’état de samadhi.

En occident, le Hatha Yoga est connu habituellement uniquement à travers des postures (asanas), mais cette pratique de yoga intègre bien plus de domaines dont voici l’essentiel ci-dessous.

La pratique indienne du Haṭha yoga s’attache à développer le contrôle du souffle (prāṇāyāma) et la stabilité des postures (āsana) qui peuvent s’enchaîner en séquences quasi chorégraphiques telle la Salutation au soleil.

Salutation au Soleil.

À un niveau intermédiaire, le pratiquant persévérant commence une connaissance de soi où progressivement vont apparaître les habitudes qui entretenaient des pensées ou des attitudes négatives. Lorsque les pratiques (posturale, respiratoire ou autre) deviennent à leur tour objet de méditation, concentration et stabilité mentale ont atteint un niveau certain de qualité. La méditation occupe une place plus importante que les autres pratiques, le corps étant libéré de ses tensions. À un niveau de pratique très poussé, l’illusion des projections et identifications personnelles (Maya) disparait, permettant au Soi de se révéler dans sa véritable nature.

Au fil des années de pratique, les différences entre les techniques de yoga s’amenuisent, puisque toutes convergent vers le même but ; la concentration perd de son caractère volontariste pour devenir attention sans intention. Progressivement cette attention s’intègre à tous les instants de la vie, même dans les plus petits événements. Le devoir quotidien perd de sa pesanteur, en permettant l’ouverture au discernement et à l’humilité.

Les divers mouvements et positions sont appelées asanas et leur exécution nécessite une complète présence au geste ainsi qu’un patient engagement afin de coordonner tous les éléments qui y sont mis en jeu. Dans le Hatha-Yoga il est dit que le corps est un laboratoire où peuvent être vécus en direct les réussites comme les échecs. Cette recherche pragmatique se doit de rester constamment avertie des abîmes d’orgueil que représentent les prouesses corporelles. L’orgueil est effectivement en totale contradiction avec les objectifs d’humilité et d’harmonie que la tradition du yoga a tracés depuis des millénaires.

La coordination avec la respiration

Respecter l’ordre d’un enchaînement de postures nécessite d’entraîner sa concentration, et incite le pratiquant à s’interroger sur la logique du fonctionnement de la mécanique corporelle. Coordonner l’inspiration avec les mouvements, demande plusieurs mois.

L’assouplissement

Comme d’autres formes d’entraînements physiques, la pratique régulière du Haṭha-Yoga permet de conserver ou de récupérer une capacité d’amplitude dans les mouvements. La souplesse est très différente d’une personne à l’autre, selondes critères comme par exemple l’âge, le mode de vie, et d’éventuelles pathologies (traumatismes ou rhumatismes), etc… Elle peut varier sur une même personne, d’un jour à l’autre, d’une articulation à l’autre, ou selon la latéralité.

Le renforcement musculaire

Une fois passée la période de la petite enfance (4-5 ans), le mode de vie actuel n’entretient plus suffisamment la musculature, qui tend à s’affaiblir. Il y a donc un entretien à mettre en place favorisé par le travail postural.

Deux sortes de contractions peuvent être mises en jeu :

Les contractions dynamiques :

Elles se rencontrent pendant les mouvements. Des contractions musculaires entraînent ou freinent les mouvements. L’attention permet de relâcher ces mêmes extenseurs pour permettre la descente en douceur.

Les contractions statiques :

Une fois qu’une position a été prise il n’y a plus de mouvement et son maintien demande une contraction musculaire sélective. Si des muscles, non indispensables au maintien de la position, ont été sollicités, la posture manque de grâce et devient épuisante. Maintenir la posture tout en prêtant attention à ce qui se passe dans le corps va permettre d’affiner et d’ajuster le geste en libérant des tensions inutiles. En bout de ligne, le terme  »āsana » devient synonyme d’  »aisance ».

Le muscle

Il est à la fois contractile et élastique. Si dans une posture un muscle est étiré, un certain allongement se produit, qui peut être durable. La plupart des muscles du corps peuvent devenir des entraves au mouvement, soit parce que leur enveloppe est rétrécie, soit parce que leurs fibres sont dans un état de contraction musculaire (tonus) trop important et s’opposent aux étirements ; le stress entraîne souvent une contraction rémanente qui devient inconsciente et permanente (épaules hautes, mâchoires serrées).

L’articulation

 Le cartilage est un tissu destiné à protéger l’os qu’il recouvre. Il permet ou limite, la mobilité de l’articulation. Sa surface lisse permet le glissement d’autres surfaces équivalentes. Si les contraintes qu’il reçoit dépassent son seuil de résistance, il peut être lésé : aminci ou fissuré.

Les tissus qui entourent directement l’articulation : les capsules et les ligaments, assurent passivement le maintien des articulations tout en permettant les mouvements propres à chacune.

Ces tissus sont, pour la plupart, peu élastiques, c’est-à-dire que si on les déforme en les distendant, ils ne reprennent pas ensuite leur longueur initiale. Ils doivent être respectés comme tels. En effet, ils sont riches en nerfs sensitifs. Ce sont eux qui informent le cerveau de leurs éventuels étirements lors des mouvements.

L’étirement

Quand il est actif, l’étirement éloigne les points d’insertion du muscle dans la limite d’une impression bénéfique, sans rapport avec la sensation de déchirement ou de brûlure. Cette situation amènera un assouplissement, si le rythme de l’exercice est lent.

La contraction

 Lorsque le muscle se contracte, il tente de rapprocher ses points d’insertion. En fait, bien souvent lors de sa contraction le muscle subit un étirement latent, soit par son antagoniste, soit par la gravitation. Quand le muscle agoniste se contracte, automatiquement son antagoniste (qui produit le mouvement contraire) se détend.

Le yoga pose deux règles simples pour la synchronisation respiratoire lors des enchaînements dynamiques :

  • de préférence inspirer dans une posture d’ouverture et éviter d’inspirer dans un mouvement qui comprime la cage thoracique.
  • l’expiration devrait logiquement avoir lieu sur une flexion, tout en sachant qu’expirer dans une extension ne constitue pas une erreur physiologique.

L’allongement de l’expiration prépare une meilleure inspiration. Elle favorise un meilleur fonctionnement du diaphragme. Cet approfondissement du souffle aide à diminuer le flux des pensées.

La concentration va inclure des aspects divers comme la vitesse, l’adresse et la coordination. Du point de vue du yoga, persévérer dans la stabilité posturale, favorise la concentration et à la longue, la stabilité psychologique. Tout en favorisant un meilleur fonctionnement du Diaphragme, l’attention portée au souffle aide à diminuer le flux des pensées. Ces apprentissages de base nécessitent plusieurs mois de pratique.

La pratique régulière des asanas et du pranayama, déployée dans une ambiance tranquille et sans compétition, conduit à un moment de silence, d’arrêt des perturbations du mental.  Le yoga est la cessation des activités (tourbillonnantes) automatiques du mental.

Au fil des années de pratique, la concentration perd de son caractère volontariste pour devenir une attention sans intention.  Progressivement cette attention s’intègre à tous les instants de la vie, même dans les plus petits événements. Le devoir quotidien perd de sa pesanteur en permettant l’ouverture au discernement et à l’humilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s